31 décembre 2010 ~ 0 Commentaire

Dans la catégorie Scrum / Agile

Les avions en papier …

Bonjour

J’ai participé récemment à une formation Scrum Master (Certified Scrum Master (CSM)) animée par Jeff Sutherland (un des « pères » de Scrum).

Nous étions 25 personnes à suivre ce séminaire sur 2 jours (et à Paris) répartis en 4 groupes (équipes ?) de 6 (ou 7) personnes. En dehors de la couverture exhaustive de l’approche Scrum, l’un des intérêts majeurs de cette formation venait des retours d’expérience de Jeff (et il ne s’est pas privé de nous faire part de nombreuses anecdotes tirées tant de sa vie professionnelle que de sa vie personnelle).

Par contre, un des points sur lesquels la plupart des participants ont été (relativement) déçus porte sur les exercices …

En effet, la densité de matière à présenter et le nombre important de participants rendaient difficile l’intégration des exercices dans le cursus de 2 jours. C’est sans doute pourquoi les exercices se sont trouvés relégués au second plan … ce qui est dommage par rapport à l’esprit Agile qui met l’accent sur le concret, le collaboratif, les tests, l’apprentissage par la pratique, …

Cependant, après avoir laissé décanter quelques jours les souvenirs de ce séminaire, il me revient à l’esprit un exercice qui consistait à construire des avions en papier de façon collaborative sur une période de 3 sprints (sprints de 7 min).
L’objectif était, semble-t-il, d’illustrer la montée en régime de l’équipe au fur et à mesure du déroulement des sprints. Si c’était bien l’objectif (ou l’un des objectifs) de l’exercice, nous (l’équipe dont je faisais partie) étions assurément restés sur notre faim à l’issue de la formation.
Mais, comme je le disais, après réflexion, je me suis rappelé un point « tout bête » qui s’était produit lors de cet exercice : le papier pour la construction des avions était fourni mais pas le mode d’emploi (ou de pliage). Une équipe n’a donc produit aucun avion faute d’un équipier sachant plier correctement une feuille de papier pour en faire un avion capable de voler plus de 3m (c’était le critère de « done » pour cette user story). Du coup, l’exercice devenait beaucoup plus enrichissant en rappelant qu’un des premiers critères de réussite d’une équipe (Scrum ou pas) réside dans la compétence de ses membres : si j’osais la métaphore footballistique, je dirais qu’il est inutile d’espérer jouer en Liga avec des amateurs.

En poussant plus loin les enseignements potentiels de ce fameux exercice, on pourrait considérer qu’il illustrait aussi la gestion d’un « impediment » (mot que Jeff a employé très souvent) majeur et que l’équipe aurait dû s’organiser pour trouver des moyens de gérer ce blocage.

En poussant encore plus loin, j’y vois une « réhabilitation » du rôle des managers externes à l’équipe ou, au moins, une explication d’un des rôles possibles des managers dans une approche Scrum : renvoyer un oeil externe sur l’équipe et sur ses performances (on pourrait aussi arguer que cela fait partie du rôle de l’équipe de gérer sa veille technologique et de s’évaluer par rapport à l’état de l’art mais, en dehors du fait qu’il s’agit d’un réel investissement, je ressens surtout la très grande difficulté à s’auto-évaluer (difficile d’être à la fois juge et partie)).
Cette mission d’éviter que l’équipe ne s’auto-isole ou n’évolue dans son monde clos me paraît donc dévolue au management externe à l’équipe (le Product Owner peut et doit, bien sûr, aussi participer à cette mission de par sa connaissance du marché).

Moralité : l’exercice de « Laissez parler les p’tits papiers » nous aura été finalement bien utile … merci Jeff des enseignements que nous pouvions en tirer ! soit :
- une équipe formée de joueurs compétents
- une gestion efficace des blocages
- une attention soutenue et un soutien attentif des managers à l’équipe
La prochaine fois, il nous faudrait juste le temps de faire une mini-rétrospective après chaque exercice et de partager le retour des différents participants.

De votre côté, si vous tirez d’autres enseignements potentiels de l’exercice des « avions en papier », n’hésitez pas à m’en faire part.

Bon vol !

atipyc –>

Christophe Leroy

Laisser une réponse